Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Votre ostéopathe à Paris 3 et à Paris 12 : Ostéopathie et difficultés sensorielles : comment s'adapter

Votre ostéopathe à Paris 3 et à Paris 12 : Ostéopathie et difficultés sensorielles : comment s'adapter

Le 08 janvier 2018
Votre ostéopathe à Paris 3 et à Paris 12 : Ostéopathie et difficultés sensorielles : comment s'adapter
Comment l'ostéopathe peut-il s'adapter à des patients présentant des troubles sensoriels ? Un article précis pour vous aider à comprendre.

Votre Ostéopathe Louise Antunes, spécialisée dans le mouvement et l'adaptation (Master 2 VH:MA), formée à la pédiatrie (CFPCO), à la neuropédiatrie (Soyez) ainsi qu'à l'approche globale précoce chez l'enfant autiste (EDI) vous explique aujourd'hui comment l'ostéopathie peut s'adapter à des difficultés sensorielles.

Avec une pratique immersive en milieu associatif et hospitalier depuis 2011 auprès d'un public varié d'enfants et adultes TSA, votre ostéopathe vous indique comment s'adapter et comment rendre un traitement ostéopathique possible.

Bien entendu, l'ostéopathie est une médecine manuelle non médicamenteuse visant à rééquilibrer les tensions corporelles pour gagner en bien-être et diminuer les douleurs.
Elle ne change pas et n'intervient pas sur le spectre autistique à part entière ou sur les handicaps sensoriels (cécité, surdité, allodynie...) mais prendra en compte le corps dans son aspect global, humain et mécanique.

Une personne autiste avec des difficultés sensorielles ou une personne porteuse de handicap sensoriel reste une personne à part entière susceptible d'avoir des douleurs physiques, comme tout le monde.

Bien entendu, en s'adaptant au mieux au corps en face, mais également aux composantes sensorielles, communicationnelles et relationnelles, l'ostéopathe essaiera d'aider le patient à trouver sérénité.

Les particularités sensorielles peuvent apparaitre chez plusieurs populations :

Dans le cas de personnes entrant dans le cadre du spectre autistique, des différences sensorielles, plus ou moins importantes, peuvent être citées :


Ces particularités sensorielles pouvant parfois être très envahissantes pour certains, il semble alors difficile d'imaginer un traitement manuel comme de l'ostéopathie. Les différences sensorielles vont toucher l'odorat, l'audition, la vue, le goût ou le toucher.
L'ostéopathie est un traitement manuel, qui fait principalement intervenir le toucher. Cependant, la vue, l'odorat, l'audition et potentiellement le goût vont également être sollicités dans le cadre d'un traitement ostéopathique.
Avec une connaissance précise des particularités sensorielles de chaque enfant ou adulte, l'ostéopathe spécialisé va s'adapter au patient en accompagnant les particularités sensorielles et non en les contrant.

Des exemples peuvent être cités, tels que :

- Eviter de se parfumer pour ne pas trop stimuler l'odorat

- Avoir des lumières douces au cabinet pour diminuer les stimuli lumineux

- Proposer de mettre des habits fins pour éviter le contact peau/peau si cela dérange

- Avoir des appareils permettant un bruit de fond constant ou au contraire, limiter au maximum les bruits extérieurs

- Proposer des objets transitionnels pour capter l'attention et palier la sensation corporelle

- Demander et/ou préciser l'endroit que nous touchons sur le corps afin de na pas surprendre

En connaissant chaque particularité de chaque patient, l'ostéopathe met dans les meilleures conditions l'enfant, l'adulte et/ou sa famille pour un traitement ostéopathique optimal.

Dans le cas de personnes porteuses de handicap sensoriel :

Les personnes porteuses de handicap sensoriel ont également la possibilité de développer des douleurs, comme tout le monde. Bien entendu, de possibles douleurs spécifiques au handicap sensoriel mis en jeu peuvent apparaître, tout comme des douleurs qui n'ont pas de rapports directs.

Pour s'adapter, l'ostéopathe devra se renseigner spécifiquement auprès du patient en amont pour connaître ces particularités sensorielles.

Des exemples peuvent être cités :

- Ainsi, un patient présentant une neuropathie (atteinte des nerfs) pourra avoir des douleurs intenses au toucher. Il faudra alors adapter la palpation au mieux.

- Dans le cas d'un handicap auditif et/ou de langage, l'ostéopathe devra également s'adapter en ayant potentiellement au cabinet des images simples caractérisant les différents types de douleurs. L'ostéopathe doit s'adapter et aller dans le sens du patient, et non l'inverse. Il sera également nécessaire de bien montrer au patient les endroits touchés afin de ne pas surprendre le patient.

- Dans le cas de cécité, l'ostéopathe devra s'adapter en expliquant chaque geste au patient afin de ne pas surprendre.

Chaque patient est unique, et en dépit de possibles spectres ou handicaps sensoriels, chaque patient possède un corps, avec des particularités mécaniques, physiologiques et anatomiques. Prendre en compte le corps, en considérant les différences sensorielles et communicationnelles, c'est adapter un traitement ostéopathique.